Des femmes qui en ont dans la culotte

Les femmes sont assez peu représentées dans les livres d’Histoire, de science ou d’économie. Pourtant, elles ont été de toutes les luttes, de toutes les révoltes et de toutes les innovations. Pénélope Bagieu rend hommage en bande dessinée à ces « Culottées » oubliées.

La gardienne de phare Giorgina Reid, l’astronaute Mae Jemison, l’inventrice Hedy Lamarr, la vulcanologue Katia Krafft … voilà des noms qui ne vous n’évoquent pas forcément quelque chose. Pourtant chacune à sa façon quelque soit sa nationalité ou son époque a participé pour rendre le monde meilleure grâce à leur courage. Elles ont contribué à la libération du corps de la femme avec le premier maillot de bain, défié un régime dictatorial au prix de leur propre vie, empêcher le sable de conquérir la dune…

La dessinatrice a décidé de parler de ces personnalités qui ont fait échos à sa sensibilité. Le choix s’est opéré de façon naturelle au fur et à mesure des rencontres, des voyages et des lectures. Malheureusement la documentation n’est pas très complète voire inexistante sur certaines femmes. Pénélope Bagieu s’impose un portrait par semaine ce qui la force à prendre parfois quelques libertés historiques. Elle ne se présente pas comme une historienne ou journaliste. Le plus important n’est pas forcément la réalité des faits mais le message qu’il y a derrière un combat. Une façon également de montrer le nombre de femmes invisibles, effacées des livres dont peu connaissent leur existence. Par chance, quelques unes ont pu écrire leur auto-biographie. Une bonne source d’inspiration pour mieux traduire le ressenti. Sinon, elle inventera une histoire, après tout c’est son métier.

Elle réalise trente portraits pré-publiés sur le site du Monde. Chacun se compose de huit planches avec quatre ou cinq couleurs par histoire maximum. Le tout est emmené avec une plume pleine d’affirmation et de passion. L’ensemble est publié en deux albums aux éditions Gallimard BD qui viennent de sortir chez Folio.

« En fait je pense que face à la même société, à la même époque, les femmes ont quand même à faire face à deux fois plus d’adversité que les hommes, parce qu’elles doivent déjà s’affranchir de la société, généralement aussi selon les époques, de leur famille, un rôle préconçu qu’on attend d’elles. Le fait qu’elles doivent déjà surmonter ça, et qu’en plus certaines d’entre elles arrivent à changer des choses dans leur vie et en général, et que ça ait une influence sur leur entourage  et sur leur époque, c’était quelque chose qui m’intéressait, donc j’ai été cherché toutes ces femmes anonymes (à quelques exceptions près) pour les mettre à l’honneur, les raconter et transmettre cette admiration que j’avais pour elles. » déclare Pénélope Bagieu dans une interview.

Comme quoi souvent quelques dessins valent bien un long discours. Alors allez à la rencontre de ces femmes qui ont osé dire non, qui ont osé passer au delà des interdits et qui ont osé repousser les pressions masculines.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s